« 70% des consommateurs considèrent que les émotions comptent pour 50% dans leur décision d’achat. »

(Source : Smell-Marketing)

Pourquoi la vidéo crée de l’émotion ?

Imaginez vous une journée d’été, l’air chaud sur vos joues, assis sur la terrasse d’une maison de vacances. Vous profitez de cet instant magique, vous avez 8 ans, on vous apporte votre goûter : une tartine beurrée avec de la confiture et un lait chocolaté comme vous l’aimez. Vous vous souvenez avec tendresse de votre grand-mère s’asseyant à vos côtés et écoutant vos histoires. Vous repensez à sa générosité et ces instants de complicités où le monde s’ouvrait à vous.

Tout ceci est la promesse de la marque de confiture « Bonne maman ». Créer des produits qui vous rappellent votre enfance.

En revivant ces souvenirs oubliés vous ressentez des émotions positives. Vous vous sentez bien, apaisé, nostalgique… C’est grâce à ces émotions que vous orienter vos choix.

En effet, vous voulez revivre ces moments et donc à nouveau consommer cette confiture. CQFD ? Vos émotions vous ont poussés à agir.

C’est pourquoi l’émotion est très importante dans votre parcours d’achat, elle vous aidera à faire des choix qui vous rendent heureux, qui vous font revivre des choses positives, de bons souvenirs enfantins etc…

Vous allez mémoriser plus facilement cette marque. Et qui dit mémorisation dit que vous serez plus enclin à acheter un produit plutôt que celui de son concurrent.

A travers cet article nous allons aborder les sujets suivants :

  • Qu’est-ce que le marketing émotionnel ?
  • Comment créer de l’émotion dans sa communication ?

Pourquoi créer de l’émotion dans son film d’entreprise ?

Qu’est ce que le marketing émotionnel ?

Le marketing émotionnel regroupe l’ensemble des actions marketing visant à tirer parti des émotions d’un internaute ou d’un prospect.

D’après des études scientifiques, le fait de ressentir des émotions favorise l’action.
En effet, quand nous ressentons des émotions on est plus à même de réagir spontanément et impulsivement.

Le marketing émotionnel vise à générer pour le consommateur un attachement émotionnel envers la marque.

Des choses très simples peuvent attirer l’attention des consommateurs et faire qu’ils vont retenir une marque plutôt qu’une autre. Cela peut être le logo, les couleurs, le slogan ou encore le jingle qui les inspirent et les touchent en créant chez eux un sentiment de nostalgie, de joie, ou même de colère. Toutes les émotions sont à prendre en compte, elles jouent toutes sur la différenciation d’une marque.

Il existe deux types d’émotions :

  • Positives
  • Négatives

Ces deux émotions sont elles-mêmes divisées en deux groupes :

  • Primaire : Les émotions primaires sont des réactions émotionnelles spontanées vis à vis d’une situation. On les appelle primaires parce que ce sont celles qui apparaissent à l’origine. C’est votre toute première réaction à une situation ou à quelque chose, auquel vous tenez, qui vous alerte sur vos besoins.

Le sentiment de colère est, dans certain cas, une émotion primaire qui vous aide à protéger ce qui est important pour vous, en augmentant vos chances de vous affirmer.

  • Secondaire : Une émotion secondaire est une réponse émotionnelle à une émotion primaire, donc une émotion sur ce que vous ressentez.

Voici une petite histoire :
Cela fait quelques jour que votre chat n’est pas dans son état normal, il est fatigué et à l’air mal en point.
Vous décidez aujourd’hui de l’amener chez le vétérinaire pour être sûr que ce n’est pas grave.
Vous réussissez tant bien que mal à mettre votre chat dans une caisse pour le transporter, vous l’installez à l’avant de votre véhicule pour surveiller qu’il ne fasse pas de bêtises.
Arrivé chez le vétérinaire, vous attendez votre tour dans la salle d’attente. C’est à vous ! Vous vous levez, stressé par peur du résultat, et accompagnez votre chat dans la salle du vétérinaire.
Après des analyses et des examens détaillés, votre vétérinaire vous annonce que votre chat a une grosseur sur la nuque ce qui s’apparente potentiellement à une tumeur…
Le rendez-vous est terminé, vous êtes sur la route pour rentrer et vous êtes tellement triste par cette nouvelle que vous n’arrivez pas à l’exprimer autrement qu’en vous mettant en colère.

C’est une douleur trop dur pour vous et vous vous protégez en ayant un sentiment de colère.

La tristesse est l’émotion primaire, celle que vous ressentez en premier. Vous tenez à votre chat et serez triste s’il lui arrive malheur.
La colère est l’émotion secondaire. Vous ne voulez pas que votre chat soit malade et vous trouvez ça injuste. Il est si jeune !

Une étude sur les émotions a été menée par le PNAS, un institut scientifique américain. Des chercheurs ont regardé comment les émotions ressenties affectent notre corps (rythme cardiaque, endorphines, transpiration…) et ont modélisé cela par le schéma suivant :

On peut constater d’après les couleurs sur le schéma que les émotions les plus fortes sont le bonheur, suivi par l’amour, puis la peur, le dégoût, l’anxiété et enfin la colère.

Comment créer de l’émotion dans sa communication audiovisuelle ?

Le développement du marketing émotionnel s’explique par le constat connu et reconnu que l’être humain est tout autant un être d’émotions, que de raison. De ce fait, l’émotion prend tout son sens dans une démarche de génération de visibilité, de conversion commerciale et d’acquisition de clients.

Détailler les fonctionnalités de votre produit ou service ne suffit plus pour fidéliser les clients à une marque car cela ne génère aucune émotion.

En effet, de nos jours les consommateurs ont un fort pouvoir de négociation étant donné la multitude de plateformes mis à leur disposition pour comparer les offres entre les concurrents.

Il faut donc trouver un moyen de se démarquer; pour cela l’émotion est la chose qui les fera agir pour satisfaire leurs besoins, résoudre leurs problèmes etc…
Les consommateurs recherchent un sentiment d’accomplissement personnel dans l’acte d’achat.

Il existe plusieurs moyens de faire passer des émotions :

  • Le story telling permet de plonger votre audience dans un autre univers et de faire vivre des émotions comme s’il était entrain de vivre en ce moment même l’histoire. C’est l’art de raconter un récit. Il s’applique pour l’écriture d’article, la création d’une image mais également dans la construction d’un scénario de film, qu’il soit publicitaire ou informatif.
  • La photo peut vous permettre de faire revivre des souvenirs lointains.
  • La vidéo permet de mobiliser plusieurs sens dans un même contenu. (l’ouïe, la vue)

3 moyens de faire passer des émotions :

  • Le story-telling ou l’art de raconter une histoire.

Cependant l’intérêt du story-telling ne s’arrête pas à la vente, il permet aussi de fédérer les employés autour des valeurs de votre entreprise.

Le récit permet de créer de l’émotion : notre cerveau ne fait aucune différence émotionnelle entre une histoire réelle et une fable. C’est pourquoi on s’attache aux héros de nos romans préférés (je confirme !), une connexion émotionnelle est ainsi créée.

Il existe deux formes de storytelling : le storytelling publicitaire et le storytelling interne.

    • Le storytelling publicitaire

Le but de ce type de storytelling est de communiquer avec un prospect par le biais de l’émotion et non du raisonnement. L’objectif peut varier, mais on retrouve plus souvent deux objectifs principaux : vendre un produit ou un service, ou améliorer le branding de l’entreprise.

Un exemple typique du storytelling publicitaire est le spot à la télévision d’Intermarché pendant les fêtes de Noël. Rappelez-vous, nos écrans étaient envahis de publicités sur la famille d’Intermarché. Cette pub incitait une réaction émotionnelle de la part de l’audience, et ne cherchait pas à utiliser des arguments logiques pour que vous fassiez vos courses chez cette enseigne.

    • Le storytelling interne

Cette communication s’adresse principalement aux salariés d’une ou plusieurs entreprises. Cette méthode ne consiste pas à vendre un service. L’utilisation du storytelling interne sert plus à motiver les collaborateurs et les fédérer autour du projet de l’entreprise, de son but. L’argument principal à cette approche au management est qu’en faisant appel à l’humanité et à l’émotion des salariés, ils seront plus attaché aux valeurs de l’entreprise et sont donc plus enclin à s’investir.

En communication marketing, la finalité du storytelling est toujours le même : vendre quelque chose ou faire adhérer, séduire, plaire pour attirer, partager, faire réagir, provoquer une action.

  • La photo nous fait revivre des souvenirs. Une bonne photo est celle qui représente réellement le miroir de nos émotions.

Prenons UNICEF. Pour eux, l’image de l’enfant constitue un élément fondamentale dans leur communication.

La majorité des messages publicitaires relève en effet d’un monde de l’innocence et de la pureté. Les enfants sont entourés de parents aimants et de copains joyeux, de tendresse rassurante et de bonheurs quotidiens.

A contrario l’UNICEF répond à un stéréotype opposé. L’association privilégie des images « négatives » (enfant en situation de grande fragilité économique ou de détresse sanitaire) pour convaincre le public à faire un don pour les aider. En tant qu’adulte, cela nous rend triste ou en colère de voir des enfants dans une telle situation et nous souhaitons agir pour que cela cesse.

Ce sont ces émotions qui vous poussent à l’action pour aider ces enfants.

  • La vidéo d’entreprise utilise principalement deux sens, l’ouï et la vue. Cette combinaison permet une meilleure mémorisation des messages véhiculer et donc de transmettre une émotion..

Particulièrement adaptée aux formats digitaux, elle se décline parfaitement sur les réseaux sociaux, ou sur votre site web.

Les sons sont la couleur et les nuances des images …

Le son englobe tout ce que nous entendons, cela comprend donc la musique, les dialogues, les ambiances, les bruitages au sein d’une vidéo.

Il existe trois types de sons :

  • SON « IN » : On appelle son « in », le son qui provient d’ une source visible à l’écran, par exemple la voix des acteurs.
  • LE SON HORS-CHAMP : C’est le son non visible à l’écran mais qui appartient quand même à la narration. Exemple, un train qui passe crée une ambiance du contexte filmé.
  • LE SON « OFF » : Il s’agit d’un son qui ne fait pas partie de l’histoire. Par exemple, dans une vidéo où une personne bouge un objet rapidement, vous entendez le glissement/mouvement de cet objet. Il est rajouté pour accentuer l’impression de rapidité.

Tous ces moyens ont le même but : FAIRE VIVRE DES ÉMOTIONS mais pas que, cela permet aussi :

D’encourager ou appuyer l’acte d’achat sur le point de vente
De créer une mémorisation de la publicité et du message publicitaire
De favoriser l’attachement à la marque et une fidélisation assurée

Vous avez maintenant toutes les infos pour créer votre propre contenu, à vous de jouer !

Vous êtes convaincu par le marketing émotionnel ? Nous vous accompagnons pour réaliser des vidéos qui susciterons l’émotion chez vos prospects afin de les amener à l’action que vous souhaitez.

[contact-form-7 404 "Not Found"]